Carte blanche, Jüri Pihl